Archives du blog

[#communication] Le lien étroit entre le commercial et la com’

Bonsoir,

Depuis quelques temps, je réalise (enfin !) que la communication d’entreprise n’est qu’un vecteur de son action commerciale. Et c’est encore plus flagrant dans des structures unipersonnelles locales et qui n’en sont qu’à leurs débuts.

Mes partenaires et moi-même trouvons cela très encourageant, car plus notre client est investit dans sa communication, plus il a de chances d’y être à l’aise, et de mieux réaliser ses ventes grâce à un discours commercial très abouti et un support bien adapté à sa démarche, à sa cible et à son activité.

Tout cela pour dire, que malgré tout, il faut savoir se vendre, notamment lors de moments de « réseautage » ou de salons, par exemple. En cela, les précieux conseils de www.placedesreseaux.com vous seront certainement utiles !

[#communication] Un peu de stratégie pour les entrepreneurs

Bonjour,

Loin d’apprécier les discours standardisés, j’ai trouvé les articles de http://www.placedesreseaux.com pertinent pour garder en tête une ligne de conduite lorsque l’on entreprend :

– 5 pièges à entrepreneurs et comment les éviter

– 5 bonnes conduites pour éviter les fiascos

E-mailing, des chiffres intéressants

Bonjour,

Je tiens juste à vous faire un retour d’expériences autour de l’envoi d’e-mailing.

Déjà, qu’est-ce qu’un e-mailing ? Il s’agit d’un courriel qui peut avoir plusieurs objectifs. On en recense deux principaux (mais pas uniques !) :

– toucher une cible en particulier pour lui offrir un produit ou un service, un avantage, lui proposer une promotion (ne me dites pas que vous n’avez pas reçu les e-mailings de vos marques préférées pour le lancement des soldes ce jour ?!). On peut appeler cela de l’e-mailing commercial.

– informer sa cible (un déménagement d’entreprise, des actualités dédiées métier, etc…). Cet envoi est communément appelé « newsletter ».

Ensuite, les taux d’ouverture annoncés peuvent varier. Mais pourquoi ?

Evidemment, envoyer un courriel à des inconnus aura un succès moindre que lorsque les abonnés sont « captifs » et « habitués » à recevoir l’information.

Ainsi, sur un envoi où la cible n’est pas forcément qualifiée – dans le sens où elle a répondu « oui » pour recevoir un e-mailing, mais sans forcément être intéressée à 120% par le produit ou service – alors le résultat avoisinera les 25, voire 30% d’ouvertures uniques et avoisinera les 2 à 5% de clics uniques au bout d’une semaine.

Par contre, lors d’un envoi à but informatif à une cible (type réseau d’entrepreneurs, fédération de professionnels), les taux d’ouverture « explosent » et peuvent atteindre 50% d’ouvertures uniques et entre 10 et 20% de clics uniques, au bout d’une semaine.

Quelques astuces pour aller plus loin…

Afin d’impacter clairement votre cible, qualifiez bien vos fichier avant envoi, utilisez un logiciel approprié (payant ou non, type MailChimp, Yourmailinglistprovider…), ne négligez ni le nom de l’expéditeur ni l’objet de votre e-mailing (limitez les majuscules, les points d’exclamation…), faites en sorte d’être synthétique dans vos contenus rédactionnels, d’y ajouter votre logo, des photos (attention aux droits d’auteur !), et de créer des parties (grands titres dans une couleur différente), de laisser la possibilité à votre contact de se désinscrire facilement, de faire des liens sortants de votre e-mailing (vers votre site, etc.). Et surtout, testez avant un envoi final (1, 2, 3, 10 fois !), relisez les contenus (une coquille est site vite arrivée !). Vous pouvez prendre du recul sur votre envoi pour effectuer des ajustements au fil du temps également et améliorer votre prochain envoi…

Dans le cadre d’une collaboration avec &maCom, vous pouvez déléguer la gestion et l’envoi d’e-mailings en vous appuyant sur une connaissance du produit, assurer une récurrence dans l’envoi sans que cela ne vous prenne trop de temps !

A vous de jouer !

Le territoire avance avec les télécentres

Bonjour,

Dans la newsletter de Seine-et-Marne Développement, je suis tombée sur l’état d’avancement du département quant à la mise en place de télécentres (via « Initiatives Télécentres 77 »). Des progrès, des pistes très sérieuses pour un résultat proche (printemps 2013 pour le télécentre de Fontainebleau).

On voit bien que les problématiques ne sont pas les mêmes en fonction des cibles visées : le travailleur indépendant viendra dans les espaces de coworking pour rompre l’isolement propre à la création de « sa boîte », tandis qu’un employeur souhaite que son personnel limite ses heures de transport pour être plus performant, mais les lieux de télétravail devront être équipés d’une connexion Internet haut débit sécurisée et de salles de réunion / visioconférence…

%d blogueurs aiment cette page :