Archives du blog

Coup de gueule d’une entrepreneure déterminée à lutter contre « la crise »

Bonjour,

Je souhaite aujourd’hui exprimer un coup de gueule, si ce n’est un ras-le-bol de « la crise ».

Cette fameuse crise, elle a évolué, pris différentes formes : sociale, sociétale, climatique, sanitaire, alimentaire, du logement, financière, politique, énergétique, économique, pétrolière,…

On m’en a parlé quand je faisais ma crise d’adolescence, en me disant que dans l’histoire, et même encore aujourd’hui, il y avait de terribles crises -menant parfois à la guerre ou à de sévères affrontements-, dans les sketchs de Coluche, elle était aussi d’actualité, puis vaguement dans les articles de presse depuis 2008 grâce aux traders et à un système capitaliste précaire, qui creusent honteusement les inégalités (aussi bien Nord/Sud que Nord/Nord)… Le plus alarmant : les jeunes générations sont bercées par ce mot clef « crise » : où est l’issue ?!

Premièrement, de mon point de vue, purement citoyen, les crises ne sont-elles pas le prix à payer pour avoir la Paix ? Au moment où un grand homme comme Nelson Mandela s’en est allé, ne serait-ce pas le type de propos à valoriser dans/par les médias (plutôt que de l’hyper-factuel franchement triste, voire débilitant parfois) ?

Deuxièmement, et là, je parle plus en tant qu’entrepreneure : les réseaux de chefs d’entreprises qui représentent sincèrement de réels atouts pour dynamiser le tissu économique sur le terrain grâce à l’organisation de rencontres, petits-déjeuners, conférences etc. jouent  (trop ?) souvent la carte de la crise (heureusement, ce n’est pas le cas de tous, je préfère le souligner au passage !). Ainsi, pas une semaine ne passe depuis quelques mois sans que je reçoive un ou deux courriels mentionnant « comment recruter en période de crise ? », « vendre pour lutter contre la crise », « exporter quand les temps sont durs »…

Et là : crise de nerfs derrière mon écran !!!

Je (me) pose ces questions : cette façon de se recroqueviller sur « la crise » est-elle la bonne ? Ne vaut-il mieux pas promouvoir des alternatives, trouver des termes plus enjoués et dynamisants que « la vilaine, l’horrible, l’effrayante crise qui vous fait peur et qui a bien raison » ? Qu’en est-il dans d’autres pays (Européens ou non) : parle-t-on autant de la crise ? Ne pouvons-nous pas simplement accepter que nous sommes dans un système planétaire en pleine mutation, en pleine (re)naissance ? 

De façon plus générale, les entrepreneur-e-s sont des personnes qui prennent des risques – sans forcément s’en rendre compte, d’ailleurs. L’entrepreneur-e cherche à vivre de son offre (produits / prestations). Son intérêt est également de voir du monde, rompre son isolement en tant que créateur-trice d’activité économique, échanger, créer du lien, faire du business, trouver des partenaires…

Sa participation à un réseau ou à un repas d’affaires ne dépendra pas uniquement du thème qui lui sera proposé. Cependant, le choix des mots est important !
Et je me vois démoralisée à cliquer sur « supprimer » dès que je reçois un courriel d’un réseau me proposant de payer un repas 25€ pour voir du monde, mais aussi pour parler de « la crise »…

Qu’il y ait une crise ou pas : qui peut donc prévoir et prédire l’avenir ?

Peut-être avons-nous le droit (ou avons-nous l’opportunité de saisir le droit) de cesser d’entretenir cette crise ? Nous pourrions avoir de « meilleures relations » avec elle, en prenant du recul par exemple ?
Ou bien, faut-il que les entrepreneur-e-s s’en sentent finalement responsables ? Faut-il qu’ils-elles s’arrachent les cheveux à propos de la crise ?

Elle est présente, elle fait couler des entreprises : c’est un fait (désolant). Mais elle est aussi l’occasion de « rebondir » !

Certes, je comprends qu’en tant que gestionnaire, il soit nécessaire de pouvoir anticiper les choses (décisions stratégiques, opérations financières,…), mais ne pouvons-nous pas, en tant que créateurs nous positionner pour bouleverser l’existant à notre « petit niveau » ? Ne pouvons-nous pas croire en des projets/progrès alternatifs ?

Est-ce que, par exemple, l’Economie Sociale et Solidaire ne peut pas rassembler les intelligences, permettre à certain-e-s d’entrevoir des solutions concrètes et mettre en place de nouvelles pratiques ? Est-ce que le « chacun pour soi » a encore de la valeur ? Un mode plus collectif ne mériterait-il pas plus d’attention ?

Et alors, je verrai arriver des courriels, me proposant d’écouter et de parler de « solutions positives », d' »alternatives », d' »échanges », de « bonnes pratiques », d' »humain », d' »ensemble », de « glocal » (global + local)…

Là, je me déplacerai peut-être enfin pour aller tisser du lien vers l’extérieur, et mettrai mon moral non plus dans mes chaussettes trouées par la crise, mais le façonnerai en forme de sourire pour l’accrocher à mon visage pour faire du business mais aussi, pour avoir une bonne crise… de rire !

Cette semaine, &maCom participe à l’AGO de RurBan Coop

Bonjour,

Des news de votre agence au sein du collectif RurBan Coop qui grandit, grandit…

Une Assemblée Générale Ordinaire a lieu cette semaine pour faire le point sur la gestion de la Coopérative d’Activités et d’Emploi et pour ouvrir le sociétariat de la structure aux entrepreneurs-salariés.

Le travail et l’éthique ou le travail et les TIC ?

Bonjour,

Un rapport intéressant vient de sortir.  Il étudie en profondeur à un instant T les problématiques rencontrées et les risques encourus dans le monde du travail vis-à-vis des TIC.

Ces nouvelles technologies de l’information et de la communication sont autant de nouveaux outils, facteurs de performance ou au contraire, de fainéantise, qui influencent les salariés et leurs dirigeants.

Rythme de vie noyé par le manque de rigidité des frontières temps de travail / temps de vie personnelle, anonymisation des rapports au sein même de l’entreprise, surcharge de travail sous prétexte de rapidité d’exécution, limitation du champ d’action du salarié… Autant d’enjeux à contrecarrer pour en tirer uniquement les effets positifs.

Le détail sur www.souffrance-et-travail.com en cliquant ici

Et vous, êtes-vous addict à ces fameuses TIC ? Ou vous donnent-elles des tocs ?

(Merci Fabienne)

Les 3 créa donnent la parole à leurs clients !

Bonjour,

Des nouveautés à consulter dès à présent sur le site du collectif Les 3 créa !

Le book et la page de témoignages ont été actualisées. Bonne visite !

Lancement officiel de la RurBan Coop

Bonjour,

Comme vous le savez, depuis le 1er Septembre 2012, &maCom a intégré la CAE (Coopérative d’Activités et d’Emploi) RurBan Coop.

Le lancement officiel de la RurBan Coop aura lieu le 23 Novembre 2012 au HCenter (La Rochette) ! Dans l’après-midi, venez découvrir le salon de l’Economie Sociale et Solidaire.

Les entrepreneurs-salariés exposent leur savoir-faire et leur expertise. Echangez sur leurs projets et leurs sociétés, faites du business et assistez à des conférences ! Sont également mis à l’honneur : nos partenaires institutionnels, des CAE thématiques et des entreprises de talent appréciées du collectif !

C’est avec plaisir que je vous reçois sur mon stand pour discuter de vos problématiques de communication et vous expliquer les développements à venir pour l’agence…

Pour en savoir plus, consultez l’agenda sur le site notre-planete.info !

Remarque

« La biodiversité est un enjeu politique », c’est ce que j’ai lu ce matin dans un journal qu’avait entre les mains un individu dans les transports.

J’ai été assez déçue par ce titre.

La biodiversité, tout comme la diversité humaine, sont des enjeux publics fondamentaux. La politique n’a pas sa place. Seules des décisions seront importantes, qu’elles viennent d’un « bord » ou de l’autre !

Soit on est acteur du bien-être, de son bien-être et du bien-être collectif pour tendre vers une société du mieux-être, soit l’on n’est pas cet acteur, et alors peu importe la couleur politique, l’enjeu de la diversité en général tombera à l’eau…

Corne de l’Afrique, UNICEF…

Un single sortira prochainement et les dons seront reversés à UNICEF pour mettre en place une aide humanitaire dans la Corne de l’Afrique, victime d’importants problèmes alimentaires depuis plusieurs mois déjà…

A lire en cliquant ici

Gaz de schiste – article 1 –

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous présente un lien pour visiter le site du collectif départemental seine-et-marnais vous présentant les grandes actions et événements passés et à venir.

Prochainement, je publierai un article en cours de préparation pour mieux comprendre les enjeux et impacts des pétroles et gaz de schiste…

Green, Green, Green ! – Allô ? [ARTICLE DU 27.04.11 modifié]

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous parle d’une action menée par DOP : « adopte un déchet », que vous pouvez.
Greenwashing ? Greenspeaking ? Greenacting ? Greenpaying ?
Difficile à dire, difficile à définir, difficile à comprendre, difficile à déterminer… Bref, vous l’aurez compris, sous ces points d’interrogation et ces termes anglo-saxons se cache une action – pour la nature, mais aussi pour que le consommateur achète du Dop « nature ».
Est-ce que le Greenwashing ne se transformerait pas en Greenacting pour devenir moteur de quelque chose ?! Ma question est ainsi posée… Et trouvera peut-être sa réponse dans quelques années, qui sait ?!

Aucune bouteille de Dop ne figure cependant sur cette plage d’Oléron sur laquelle vous pouvez adopter un déchet.
Pour soutenir cette action (à suivre !), ce weekend, j’ai adopté un bidon d’essence, et l’ai baptisé du joli nom de Jerry Kan…

A bientôt.

Petite mise à jour de l’article le 04.05.11 : je viens de tomber sur un article du collectif AdWiser très intéressant, à lire en cliquant ici

%d blogueurs aiment cette page :