Archives du blog

[#auboulot] Le bien-être au travail fait sens

Bonsoir,

Aujourd’hui, deux articles relatifs aux potentielles dérives des objets de bureau connectés et aux exigences des salariés à se sentir bien dans leur emploi.

En tant qu’indépendant, cette sensibilité est accrue : faire un travail qui passionne dans de bonnes conditions, parfois ultra-connecté, est l’idéal. En tant que salarié, c’est parfois plus compliqué à mettre en oeuvre, ou un peu plus risqué. Faites-vous entendre ! ;-)

Lisez l’article de www.finyear.com et celui de www.e-rse.net

[#société] Marre du pessimisme ambiant ?

Bonjour,

Je viens seulement de prendre connaissance de l’événement « Osons la France » en écoutant RFI…

Moi, j’en ai marre qu’on me dise à chaque réunion professionnelle que c’est la crise, qu’on est dans la m**** et qu’on ne s’en sortira jamais car on n’a jamais connu ça et que donc tout le pays par à la dérive et que c’est la débandade ma pauv’ dame…

Je suis optimiste, au fait de nombreuses actus souvent relayées sur ce même blog, j’essaie de trouver des initiatives qui sont passionnantes. Il m’arrive aussi d’évoquer des choses plus graves et qui paraissent irrémédiables… Mais chacun à notre échelle, nous créons les petites gouttes d’un nouvel océan d’intelligence collective, de puissance et d’éco-efficacité ! Je crois en la France diverse, multiple, laïque et tolérante, je crois en moi, en vous, en nous… Bref, osons assumer que nous sommes dans un pays à fort potentiel plutôt que de nous lamenter sur un passé passé et dépassé. Trouvons des solutions : elles sont là sous notre nez. Levons les préjugés, ayons confiance en nous et avançons ensemble sur un mode coopératif, collaboratif et alternatif !

 

[#société] La violence, la politique, l’engagement citoyen…

Bonjour,

Je vous soumets aujourd’hui à lecture un article de www.politis.fr traitant de la violence entre forces de l’ordre et citoyens, des mutations sociales qui se font jour et de l’investissement pour lutter contre de grands projets non concertés.

 

 

Coup de gueule d’une entrepreneure déterminée à lutter contre « la crise »

Bonjour,

Je souhaite aujourd’hui exprimer un coup de gueule, si ce n’est un ras-le-bol de « la crise ».

Cette fameuse crise, elle a évolué, pris différentes formes : sociale, sociétale, climatique, sanitaire, alimentaire, du logement, financière, politique, énergétique, économique, pétrolière,…

On m’en a parlé quand je faisais ma crise d’adolescence, en me disant que dans l’histoire, et même encore aujourd’hui, il y avait de terribles crises -menant parfois à la guerre ou à de sévères affrontements-, dans les sketchs de Coluche, elle était aussi d’actualité, puis vaguement dans les articles de presse depuis 2008 grâce aux traders et à un système capitaliste précaire, qui creusent honteusement les inégalités (aussi bien Nord/Sud que Nord/Nord)… Le plus alarmant : les jeunes générations sont bercées par ce mot clef « crise » : où est l’issue ?!

Premièrement, de mon point de vue, purement citoyen, les crises ne sont-elles pas le prix à payer pour avoir la Paix ? Au moment où un grand homme comme Nelson Mandela s’en est allé, ne serait-ce pas le type de propos à valoriser dans/par les médias (plutôt que de l’hyper-factuel franchement triste, voire débilitant parfois) ?

Deuxièmement, et là, je parle plus en tant qu’entrepreneure : les réseaux de chefs d’entreprises qui représentent sincèrement de réels atouts pour dynamiser le tissu économique sur le terrain grâce à l’organisation de rencontres, petits-déjeuners, conférences etc. jouent  (trop ?) souvent la carte de la crise (heureusement, ce n’est pas le cas de tous, je préfère le souligner au passage !). Ainsi, pas une semaine ne passe depuis quelques mois sans que je reçoive un ou deux courriels mentionnant « comment recruter en période de crise ? », « vendre pour lutter contre la crise », « exporter quand les temps sont durs »…

Et là : crise de nerfs derrière mon écran !!!

Je (me) pose ces questions : cette façon de se recroqueviller sur « la crise » est-elle la bonne ? Ne vaut-il mieux pas promouvoir des alternatives, trouver des termes plus enjoués et dynamisants que « la vilaine, l’horrible, l’effrayante crise qui vous fait peur et qui a bien raison » ? Qu’en est-il dans d’autres pays (Européens ou non) : parle-t-on autant de la crise ? Ne pouvons-nous pas simplement accepter que nous sommes dans un système planétaire en pleine mutation, en pleine (re)naissance ? 

De façon plus générale, les entrepreneur-e-s sont des personnes qui prennent des risques – sans forcément s’en rendre compte, d’ailleurs. L’entrepreneur-e cherche à vivre de son offre (produits / prestations). Son intérêt est également de voir du monde, rompre son isolement en tant que créateur-trice d’activité économique, échanger, créer du lien, faire du business, trouver des partenaires…

Sa participation à un réseau ou à un repas d’affaires ne dépendra pas uniquement du thème qui lui sera proposé. Cependant, le choix des mots est important !
Et je me vois démoralisée à cliquer sur « supprimer » dès que je reçois un courriel d’un réseau me proposant de payer un repas 25€ pour voir du monde, mais aussi pour parler de « la crise »…

Qu’il y ait une crise ou pas : qui peut donc prévoir et prédire l’avenir ?

Peut-être avons-nous le droit (ou avons-nous l’opportunité de saisir le droit) de cesser d’entretenir cette crise ? Nous pourrions avoir de « meilleures relations » avec elle, en prenant du recul par exemple ?
Ou bien, faut-il que les entrepreneur-e-s s’en sentent finalement responsables ? Faut-il qu’ils-elles s’arrachent les cheveux à propos de la crise ?

Elle est présente, elle fait couler des entreprises : c’est un fait (désolant). Mais elle est aussi l’occasion de « rebondir » !

Certes, je comprends qu’en tant que gestionnaire, il soit nécessaire de pouvoir anticiper les choses (décisions stratégiques, opérations financières,…), mais ne pouvons-nous pas, en tant que créateurs nous positionner pour bouleverser l’existant à notre « petit niveau » ? Ne pouvons-nous pas croire en des projets/progrès alternatifs ?

Est-ce que, par exemple, l’Economie Sociale et Solidaire ne peut pas rassembler les intelligences, permettre à certain-e-s d’entrevoir des solutions concrètes et mettre en place de nouvelles pratiques ? Est-ce que le « chacun pour soi » a encore de la valeur ? Un mode plus collectif ne mériterait-il pas plus d’attention ?

Et alors, je verrai arriver des courriels, me proposant d’écouter et de parler de « solutions positives », d' »alternatives », d' »échanges », de « bonnes pratiques », d' »humain », d' »ensemble », de « glocal » (global + local)…

Là, je me déplacerai peut-être enfin pour aller tisser du lien vers l’extérieur, et mettrai mon moral non plus dans mes chaussettes trouées par la crise, mais le façonnerai en forme de sourire pour l’accrocher à mon visage pour faire du business mais aussi, pour avoir une bonne crise… de rire !

Finances solidaires

Bonjour,

Je suis tombée au hasard de mon surf sur cet article paru sur le blog http://lebienveilleur.com fort intéressant concernant « l’arrondi solidaire ».

Je sais que ce style de don suite à un achat existe, puisque La Nef / Crédit Coopératif mettent cette démarche en oeuvre. En ouvrant un compte, il vous est proposé de reverser un certain pourcentage de la somme payée à une association de votre choix.

Cette idée d’arrondi solidaire semble pertinente dans un contexte de crise où la solidarité pourrait (re)devenir le mot d’ordre (et permettrait accessoirement de glisser d’un modèle individualiste vers un système d’échanges, de lien social et d’entraide).

Communication : une profession pleine d’idées !

Bonjour,

Que vous soyez communicant(e) ou non, je vous invite à lire l’étude publiée sur http://www.communicationetentreprise.com

Ce document fait le point sur une profession que l’on dit souvent « la première touchée par la crise ». Il s’avère que le métier regorge d’idées novatrices et intéressantes ! A découvrir, donc…

Petite Poucette, ne vois-tu rien venir ?

Bonjour,

Aujourd’hui, pour bien commencer la semaine, l’interview de Michel SERRES est à lire sur le site www.lejdd.fr.

Bonne lecture et bonne méditation à toutes et à tous !

Temps de parole pour chaque pays européen dans les actualités ?

Bonjour,

Depuis quelques mois, je trouve qu’une certaine rétention ou ignorance de l’information a lieu de la part de nombreux médias « généralistes » sur les pays européens en crise. Qu’est-ce qui m’amène à penser cela ?

Les unes traitent de l’Espagne, de l’Italie (de temps en temps) et de la Grèce qu’il faut sauver. Mais par exemple, qu’en est-il de l’Islande (dont les membres de l’UE devraient visiblement s’inspirer si l’on en croit l’article de France 24) depuis fin 2011/début 2012 ? Plus personne (ou tellement peu que ça passe inaperçu) n’en parle, alors que l’on nous en a rebattu les oreilles pendant des mois ?  Et, ayant été en vacances au Portugal, j’ai pu voir que là-bas aussi, c’était la crise. Mais ce pays passe totalement inaperçu lorsque l’on parle de renflouement, aide, solidarité,… Alors que des médias comme News Republic expliquent qu’une véritable troïka a lieu.

Alors, l’Europe : on peut y croire (et c’est mon cas), on peut la critiquer (et c’est aussi mon cas), mais si on délivrait aux citoyens la totalité des informations et en transparence, la solidarité permettrait peut-être de mieux faire face à la crise (et j’y crois, pas vous ?!)

Constat

Comment voulez-vous aller mieux ?

Par pure curiosité, j’ai recensé les fois où la négation ou des expressions pessimistes étaient utilisées en écoutant les informations à la radio. Leur nombre était faramineux ! La plupart des mots prononcés allaient dans un sens malheureux pour un laps de temps relativement court.

Ma déduction est qu’un peuple « harcelé » à longueur de temps par une presse qui enfonce le clou des mauvaises nouvelles sous prétexte d’informer est obligatoirement triste et démoralisé !

Où sont les info optimistes ? Celles qui donnent l’espoir ? Se renseigner sur l’état du Monde, de la Terre, de l’Univers, c’est bien, c’est important. Se renseigner pour déduire des choses, se faire une opinion sur un sujet, c’est important. Se renseigner pour garder le moral (période de crise ou pas), c’est TRES important ! Et pourtant, peu de personnes s’en font l’écho, de ces bonnes nouvelles. C’est dommage, car beaucoup d’initiatives font bouger les choses ici comme ailleurs !

Avec des sources d’informations toujours plus dans l’amalgame et le scoop, dans la négation et la tristesse, l’immédiateté et la rapidité, le pathos et le pessimisme, comment voulez-vous aller de l’avant ? Innover ? Créer ? Espérer ? Aspirer à mieux ? S’épanouir ? Etre heureux ? Voir l’avenir comme une alternative positive plutôt que de le subir comme une contrainte ?

Bon weekend à vous.

A la semaine prochaine pour de nouvelles brèves !

Jour J

Votre agence &maCom vous souhaite un joyeux Noël.

Profitez du bon temps en famille et lâchez prise dans le contexte peu favorable dans lequel nous évoluons actuellement.

Pensez alternatif et agissez alternatif !

Au plaisir.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :