Archives du blog

Des idées pour consommer au plus près

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous fais part d’un témoignage…

Je suis adhérente d’une AMAP et ce système de soutien d’un agriculteur local me plaît beaucoup.

Voici en vrac quelques « contraintes » :

  • un panier imprévisible, même si l’association essaie depuis la rentrée de nous dire la veille pour le lendemain ce qu’il contient
  • le temps de préparation (forcément plus long que de prendre un sachet emballé)
  • tomber parfois sur des bébêtes comme on n’en voit pas dans les légumes de supermarchés !
  • une distribution hebdomadaire qui ne dure qu’une heure et demi
  • participer à plusieurs distributions dans l’année pour préparer les paniers : ça se passe toujours très bien
  • participer aux assemblées générales, mais cela fait partie du jeu associatif

Les avantages :

  • le retour à la terre quand on va aider l’exploitant
  • le plaisir d’éplucher (ou juste brosser) des légumes parfois disgracieux et aux tailles disparates mais de qualité et qui ont du goût
  • faire travailler une famille d’agriculteurs
  • éviter le gaspillage de l’eau lorsqu’on prépare ses légumes, la conserver pour arroser ses plantes
  • les contrats annexes : poulets / oeufs, miel, cidre / vinaigre / jus de pomme, fromages et yaourts / faisselles de brebis
  • les liens entre adhérents
  • trouver ou échanger de nouvelles recettes
  • l’aspect ludique pour les parents et les enfants d’être en contact avec des légumes parfois inconnus
  • se sentir utile en étant solidaire d’agriculteurs

Et à la rentrée, comme cela me trottait en tête depuis plusieurs mois, je viens d’intégrer une Ruche qui dit oui !

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’assister à la première distribution, mais elle aura lieu dans quelques semaines, je tâcherai de vous donner mon ressenti. Evidemment, on retrouve quelques produits proposés dans les contrats annexes de l’AMAP, mais le choix de la commande est libre et se fait sur Internet.

Ce dispositif intelligent est beaucoup moins « contraignant » qu’une AMAP puisque c’est le consom’acteur qui choisi ce qu’il veut commander. Le producteur livre si le minimum de commandes fixé par ses soins est atteint. S’il ce minimum n’est pas atteint, le producteur peut faire le choix de livrer quand même. Autrement, la transaction est annulée. Les seuls intermédiaires rémunérés à minima (et à hauteur de 10%) : le responsable de la ruche et les créateurs du site Internet. Le reste de la somme revient au producteur.

Je trouve ces démarches intéressantes, saines et enrichissantes, aussi bien pour mon foyer qui profite plus ou moins largement de ces activités que j’entreprends, que pour moi-même. De plus, je trouve cela très important de soutenir des artisans du bon goût à un moment où le secteur agro-alimentaire sur-industrialisé connaît de nombreux déboires et le patrimoine biologique est menacé.

Bref… Malgré quelques points noirs, ça reste plus sympa de se tourner vers la nature que vers les supermarchés ! ;-)

Et vous, êtes-vous prêt(e) à prendre ce type de résolution pour la rentrée ou la saison prochaine ?

Publicités

Into the Green : des toits verts !

Bonjour,

Petit point aujourd’hui sur la société Lebrun Into the Green, spécialiste des toitures végétalisées.

Un petit reportage sur la société Lebrun Into the Green a été  diffusé sur France2 pour faire la promotion de ce procédé isolant et naturel.

%d blogueurs aiment cette page :