Archives du blog

[#auboulot] C’est l’heure de ranger !

Bonsoir,

Petit message pour vous inviter à désencombrer !!!

A lire sur www.terraeco.net

Et pour les sud-seine-et-marnais, je vous invite à vous renseigner quant aux Ateliers de Laurence Bouché Parisot – Tout En Place – sur l’organisation et la gestion du temps. Cela motive et déstresse !

[#DD] Ver et plastique…?

Bonjour,

Aujourd’hui, une bonne nouvelle ? Certains vers seraient capables de manger du plastique (PE) ! C’est ce que nous raconte l’article de www.neo-planete.com !

Bon appétit !

[#communication] Il était une fois un e-mail…

Bonsoir,

Ah ! L’envoi et la gestion des e-mails…

Certains trouvent cela très simple et ce sont approprié un outil (logiciel ou plateforme opérateur), rangent régulièrement, font le tri, suppriment… Tandis que d’autres galèrent, entre les spams et les demandes incessantes de clients, le message de vos amis qui veulent savoir ce que vous faites ce weekend. Bref ! Ca peut vite devenir la pagaille.

Un article de www.finyear.com répond à six questions clés… Autant de repères pour une meilleure organisation !

Bon weekend !

[#auboulot] Nouvel article sur Vioupic !

Bonjour,

Je vous souhaite une bonne lecture sur www.vioupic.fr en découvrant l’article parlant de social media manager ;-)

 

Pourquoi le client est roi ? Et l’agence son ombre ?

Le (futur) client est roi pour plusieurs bonnes raisons :

il a un projet. Même à un stade embryonnaire, ce dernier mérite tout l’attention de l’agence, qui pratique une écoute active à ce stade de connaissances des ambitions du prospect.

– pour réaliser son projet, le futur client sait souvent ce qu’il veut ou du moins, en a une vague idée. Si ce n’est pas le cas, il confiera ses désirs à l’agence. C’est à ce moment-là que l’agence passe de l’écoute active au questionnement pour formaliser le besoin (c’est-à-dire l’expression d’une nécessité ressentie) et les attentes (le résultat escompté et le cheminement, les exigences qui vont avec) de son interlocuteur. Cette vague d’interrogations gravitant autour du projet « rêvé » permet au client de prendre conscience de sa demande, et à l’agence de lui apporter le fameux recul dont on a tous besoin lorsque l’on est pris « la tête dans le guidon ». Ces deux notions de besoin et d’attentes sont fondamentales et mènent l’agence vers une première étape de réflexion – pas trop aboutie – avec le (futur) client. Cette phase de pré-accompagnement (qui génère le brief complet) permet d’établir la confiance entre les deux partenaires.

il a (ou n’a pas) le budget pour s’offrir les services de l’agence. La formulation d’une estimation chiffrée aide le client à assumer son choix. C’est très binaire : il peut ou ne peut pas. Mais l’agence peut aussi être force de propositions pour trouver un arrangement : un étalement des paiements dans le temps, un geste commercial, ou encore conseiller stratégiquement en amont un décalage du projet pour lui garantir un meilleur impact (saisonnalité,…). Cet échange qu’il faut considérer comme « gagnant-gagnant » (je te fais travailler, tu me concèdes une offre mieux adaptée à ma demande) facilite la confiance réciproque ainsi que la fidélisation, voire la recommandation.

– et nous arrivons au quatrième et dernier point : votre (futur) client ne vous le dit pas forcément, mais il vous fait confiance, apprécie l’entente cordiale que vous développez ensemble dans un esprit de partenariat, ainsi que l’accompagnement opérationnel sérieux que vous lui garantissez au fil du temps, dans un objectif de partage et de performance.

Ce survol très bref de la relation prospect > futur client > client fidèle > client prescripteur montre que l’agence est l’ombre de son client par son écoute active, sa flexibilité, sa capacité à trouver des compromis, à ajuster divers facteurs – qui n’ont pas tous le même degré d’importance en fonction de l’interlocuteur ! -, ses conseils en amont du projet et le nouvel angle de vue avec lequel elle aborde ledit projet…

A lire avant le weekend pour revoir votre mode de vie

Bonjour,

Parlons emploi du temps en ce vendredi…

Comment pensez-vous vos temps de vie ?

Quel temps consacrez-vous à votre famille, à vos amis ? Quels sont les moments les plus propices pour dormir ? Pour travailler ?

Dans cet article paru sur www.lemonde.fr, deux chercheurs mettent en lumières les meilleures activités à faire dans une journée parfaite.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

On s’appelle, on s’fait une bouffe ?

Bonjour,

La preuve en est : nous pouvons agir en tant que citoyen pour limiter le gaspillage alimentaire à notre échelle.

En Finlande, un test montre qu’il est possible de créer un garde-manger de quartier qui permet à toutes et à tous de « remettre en jeu » un produit alimentaire dont il ne veut finalement plus.

Un article fort intéressant et qui rejoint peu ou prou la logique des incroyables comestibles ou des AMAP.

Et vous, que faites-vous pour lutter contre cela ? Considérez-vous que vous gaspillez ? Que vous gâchez, littéralement de la nourriture ?

Aliment terre

Bonjour,

Aujourd’hui, un article de Novethic au sujet du film allemand « Taste the Waste » qui sort bientôt en France.

Hé oui, nous gaspillons ! C’est le propre du surconsommateur. Et même lorsque l’on fait attention à ses pratiques, que l’on n’exagère pas dans la consommation, il arrive de jeter des choses à la poubelle ou au compost… Quel dommage, alors que la majorité de la population mondiale a du mal à subvenir à ses besoins nutritionnels.

Cliquez ici pour lire un résumé du film de Valentin Thurn.

Des femmes qui bougent

Bonjour,

Deux informations concernant « le sexe faible » qui devient de plus en plus fort en s’épanouissant dans le travail !

– Frédérique Humbert de Dirigeantes Actives 77 m’a informée qu’hier, une lauréate Seine-et-Marnaise a été primée lors du Concours Créatrices d’Avenir ! Pour lire le dossier de presse, cliquez ici.

– Le co-working a l’air de bien s’adapter aux femmes, en témoigne cet article de planetefacility.

Découverte d’un blog sympa

Bonjour,

Je voulais vous faire part d’un blog sympa ce matin sur le thème de la qualité de vie au travail.

Ceci me semble fondamental comme enjeu RSE et n’a de cesse d’évoluer.

Je vous propose, comme première approche, la lecture de l’article sur l’éloge de la pause déjeuner.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :