Archives du blog

[#auboulot] Participation à un atelier

Bonjour,

Aujourd’hui, j’ai participé à l’atelier de Laurence Bouché-Parisot – home organizer, de l’entreprise Tout en Place . Le thème précis : Entrez dans la dynamique d’une bonne organisation – réfléchir en amont pour mieux agir.

Cette session de deux heures m’a beaucoup intéressée car j’ai saisi les mécanismes (et parfois les obstacles) qui étaient en fonctionnement lorsque l’on me parle d’organisation. Des choses sont naturellement déjà en place pour limiter les débordements (personnels, administratifs, professionnels…), mais il y a de nombreuses pistes d’amélioration dans ce que développe Laurence. Le groupe présent a aussi pu échanger sur quelques bonnes pratiques au quotidien et cela a donné du grain à moudre à chacun.

En rentrant, j’ai déjeuner et j’ai pris 30 minutes pour m’occuper de tâches ménagères que je repoussais ;-) A voir si je tiens sur la durée ! Je participerai aux prochains ateliers de Laurence, et si jamais j’ai des questions, je sais qui appeler !

[#développementdurable] Les algues contre le gaz de schiste…

Bonjour,

Pendant que certains trouvent des solutions alternatives à notre frénésie énergétique (TF1 via www.facebook.com), d’autres fracturent salement les sols (www.bastamag.net).

(merci Sylvie pour le lien vidéo)

Quand l’associatif ne l’est plus…

Bonjour,

Je passe aujourd’hui un petit coup de gueule avant le weekend, pendant lequel je lâcherai prise, promis !

Comme beaucoup d’entre vous le savent et l’ont remarqué, j’aime m’investir dans des associations, et ce depuis bien longtemps. Pourquoi ce goût pour le bénévolat ? Je pense qu’il remonte à mes racines et l’envie, le besoin d’être utile aux autres, de se sentir vecteur de quelque chose, de faire partie du changement ou du développement que l’on souhaite.

Une association a pour vocation de laisser la parole à ses membres, de les laisser dénoncer les points faibles et de pointer les choses qui fâchent. Mais aussi d’être à l’initiative de nouveaux projets, de proposer des idées, solutions ou alternatives…

Depuis plusieurs années, je fais partie d’une association qui implique ses membres (notamment les plus « anciens ») parce que c’est totalement légitime pour une association ! De nombreux bénévoles ont envie de s’y investir, d’y passer du temps, d’y consacrer de l’énergie et également de faire profiter au collectif de leurs compétences professionnelles (oui, nous sommes dans un cadre professionnel), sans parler de la recommandation de cette association auprès de leurs réseaux respectifs. Or, lorsque des membres dénoncent les problèmes, et deviennent forces de propositions pour aller de l’avant, ils sont considérés comme de piètres « cailloux dans la chaussure » et leurs idées à peine germées sont grillées.

Et lorsque l’on s’aperçoit que les membres, après s’être investis sont peu écoutés, que des décisions sont prises en haut lieu sans aucune concertation sérieuse, on se rend compte que le discours servi en apparence s’éloigne du sens que les membres veulent réellement donner à l’association. Pas de compromis mène à une perte quasi instantanée de la motivation des bénévoles.

D’autant que la qualité des personnes qui composent les associations en général n’est vraiment pas à remettre en cause : tous les membres ont une personnalité, un projet, des valeurs, c’est d’ailleurs ce rassemblement de personnes qui fait leur richesse.

Ma vision du monde associatif vise d’autres valeurs, d’autres fondements et se veut un peu plus puriste et humaine.  Ses statuts, son socle fondateur, sont là pour assurer à chacun un espace de liberté au sein d’un groupement fait d’hommes et de femmes et non pour museler les opinions et se limiter dans ses objectifs. Une association a besoin d’ambitions, définies et chiffrées, non pas par un bureau « tout puissant », mais bien par ses membres, anciens et récents. Sa vie est constituée par un fourmillement continu de bénévoles et de passages à l’acte. Les attentes envers les bénévoles ne peuvent pas être identiques à celles exigées pour un salarié au sein d’une entreprise, cela va de soi. Par contre, la réussite collective doit impérativement être mise en avant, en n’oubliant personne.

Bientôt le weekend, bientôt les vacances, le temps de souffler et de me décider si oui ou non je renouvelle mon adhésion à la rentrée.

Z’mamuse… LA boîte à outils de la fête !

Bonjour,

Envie d’organiser une super fête d’anniversaire pour votre petit dernier ? Besoin d’aide pour l’organisation du Noël de votre entreprise ? Vos invités sont majoritairement accompagnés de leurs enfants : qui va s’en occuper le soir de votre mariage ?

Conseils, idées, organisation, animation… : l’entreprise Z’mamuse a la, ou plutôt les réponses à vos questions !

Je vous invite à découvrir son communiqué de presse.

Plus d’informations sur le site internet www.zmamuse.com

&maCom souffle bientôt sa première bougie RurBan Coop !

Bonjour,

Hé oui, le temps passe, inexorablement… Et ça va faire un an que l’agence &maCom a intégré la Coopérative d’Activités et d’Emploi RurBan Coop.

Genèse d’une histoire qui vient de commencer !

&maCom est mon agence de conseils en communication et accompagnement rédactionnel. Elle existe depuis logo RBC3 ans et demi et a toujours eu un pied dans le développement durable avec son slogan « communication durable ». Cette démarche n’est pas anodine. Dès la création de l’agence, je cherche à mettre en place une politique d’orientation vers de « bonnes pratiques », et propose une offre basée sur le court, moyen et long terme. Cette dernière a évolué avec le temps, les demandes clients et les conseils avisés que j’ai pu recevoir de la part de mes partenaires, relations professionnelles et de mes proches.

Initialement auto-entreprise, l’agence s’est facilement tournée vers la RurBan Coop pour plusieurs raisons :

– ancrer l’engagement « durable », « soutenable » d’&maCom au sein d’une structure de l’Economie Sociale et Solidaire, afin d’affirmer (voire de confirmer ?) mes valeurs fortes,

– ancrer également mon agence sur un territoire : la Seine-et-Marne (avec un potentiel rayonnement sur l’Essonne)

– avoir un statut d’entrepreneure-salariée, me garantissant des avantages sociaux inexistants en auto-entrepreneuriat,

– en échange d’un reversement de mon chiffre d’affaires, bénéficier d’une aide administrative dans la gestion de l’entreprise, et permettre à mes clients de venir en rendez-vous dans le bureau mis à disposition des entrepreneurs-salariés par RurBan Coop,

– intégrer un collectif et faire vivre ce « mini-réseau » pluridisciplinaire regroupant des compétences et des personnes diverses et variées dont certaines sont devenues clientes, d’autres partenaires,

– pouvoir bénéficier de services mutualisés (logiciel de facturation,…),

– participer à des salons pour représenter la coopérative, mais aussi promouvoir ma propre agence et mes compétences,

– savoir que mon agence et ma propre personnalité sont prises en compte dans une structure m’offrant un accompagnement individuel ultra-personnalisé et un accompagnement de groupe riche en découvertes,

– participer à quelques bons éclats de rire !

Un grand merci aux RurBan Coopines et RurBan Coopains, et surtout à Céline, la gérante ! :-)

Ikea, un groupe pas comme les autres ?

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous propose de vous pencher sur LA marque d’ameublement chic et pas cher… Qui sait aussi faire la cuisine (pas toujours saine comme le montre cet article de www.bioaddict.fr) et vous fait parcourir des kilomètres pour trouver le lit, la table, la chaise dont vous rêviez car personne d’autre n’en fait d’aussi bien : Ikea.

Un premier article très factuel permet de comprendre que ce géant du design grignote 1% du bois dans le monde dans l’article de www.tdg.ch

Un second montre que la marque cherche à s’engager et pas uniquement avec des cartons permettant un minimum d’emballage, un maximum de montage en kit (c’est aussi sa marque de fabrication, avec la « petite vis du suspens » qui ne va nulle part dans l’étagère de 3 mètres de large sur 2 mètres de haut ;-)), mais aussi en tentant de sortir du modèle papier de son catalogue à l’ère du numérique, à lire sur www.challenges.fr

Un troisième article prouve que la marque a une philosophie unique en son genre, avec l’exemple de visite des consommateurs chinois, qu’elle sait s’adapter aux cultures des pays dans lesquels elle s’implante, c’est à découvrir sur http://golem13.fr.

Et un dernier article remet en cause ce modèle du tout en kit pour valoriser le « DIY » ou « Do it yourself » (faites le vous-même pour les non-anglophones), en proposant des meubles en open source, à consulter sur www.lesoir.be.

Alors, ce weekend, vous faites quoi comme choix ?! Un musée ou Ikea ?!

(merci à celles et ceux qui m’ont fourni quelques liens :))

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :