Archives du blog

Et moi pendant c’temps là…

Re-bonjour,

Je vous suggère aujourd’hui la lecture très sérieuse et vraiment importante de trois articles. Deux qui vont vous gratter, vous démanger, vous faire faire une crise d’urticaire et un troisième plus doux pour le moral…

Le mieux ? En parler autour de vous pour animer et stimuler les prises de décisions venant « d’en bas » ! Et ne répondez pas que « seul-e on ne peut rien faire ». C’est faux ! Une maison sans fondation ne tient pas debout. Donc si l’on est tou-te-s seul-e-s à faire bouger ces fondations, la maison peut s’écrouler ! L’idée étant de simplement prendre conscience pour faire bouger les choses…

L’article de la RTBF, rare média ayant repris à ma connaissance la décision Européenne relative aux semences et l’article de Médiapart qui nous indique que les prix de l’alimentation seraient faussés afin de profiter à nos chers vendeurs d’OGM. Et un troisième paru sur IdéalMag concernant les modes d’alimentation que nous pourrions déployer pour créer de l’emploi localement dans nos champs…

Bonne lecture et bon appétit !

Sécheresse dans la Corne de l’Afrique…

C’est tout une zone, toute une région, tout un pays touché par la sécheresse et la famine, entrainant malnutrition, déshydratation,, fuites des populations locales et malheureusement souvent la mort… Les humains, le bétail, la végétation : peu de choses parviennent à survivre dans cet univers hostile.

L’aide humanitaire n’est pas de trop. Mais la mobilisation internationale manque. Les grands donneurs qu’étaient les pays occidentaux, eux-mêmes en crise, ont du mal à ne pas couper les robinets aux vues des sommes folles à distribuer dans leur propre système capitaliste en train de tomber en lambeaux (mais sans trouver de solutions concrètes, sans essayer de lutter contre des préjugés économiques et surtout, surtout, sans jamais évoquer les situations alternatives et durables, beaucoup plus viables mais trop loin du monde de la Bourse si chère à nos coeurs (mais qui n’hésite pas à spéculer sur le prix des denrées alimentaires que les populations d’Afrique ne peuvent plus se procurer))…

Pour en savoir plus, un article complet vous est proposé sur notre-planete.info

Mais QUID de ces camps dans les années à venir ? Est-ce que les « déserteurs forcés » auront le courage de retourner sur leurs terres desséchées ? Si plusieurs peuples se retrouvent au même endroit, dans des conditions peu décentes, n’y a-t-il pas des risques de frictions et à terme de conflits locaux ? Jusqu’à quand les ONG pourront subvenir aux besoins de centaines de milliers de personnes ? Font-elles toutes excellemment bien leur travail ?

%d blogueurs aiment cette page :